épisode 07 - Le Design

Esthétique de l'ingénierie

 

Entretien avec
Andrea Ferraresi,
Ducati Head of Design.

Ducati est la seule marque de motos qui ait jamais remporté le Red Dot Design Award et la prestigieuse Boussole d’Or. Nous sommes des maniaques du design et concevoir une Ducati n’est pas comme concevoir une autre moto. Il y a des caractéristiques essentielles qui n’appartiennent qu’à nous. Des projets comme Monster, 916, Diavel et Panigale représentent chacun un jalon dans l’histoire du design dans leur catégorie.

La philosophie du design Ducati repose sur la soustraction, reconnaissant le style le plus pur dans la recherche minutieuse des formes essentielles. Même l’esthétique de la couleur est construite dans le respect de la nature des éléments. Et sur la 1708, il est possible de retrouver, avec le Rouge Ducati, la couleur originale des matériaux précieux qui la composent : les différents types de carbone, titane, aluminium.

Nous en avons parlé avec Andrea Ferraresi, Ducati Head of Design.

« Si le design des superbikes Ducati a toujours été extrêmement axé sur la technologie, le projet 1708 en fait sa marque de style.

Le travail de l’équipe de conception a consisté principalement à faire parler les formes et les matériaux. Nous nous sommes efforcés de créer une danse de lignes et de profondeurs entre le rouge Ducati et le carbone visible. 1708 est un projet dans lequel, plus que jamais, il a été essentiel de mettre en valeur la beauté technique. Notre travail visait donc à laisser parler l’esthétique de l’efficacité fonctionnelle. »

 

Le projet 1708 a abouti dans la moto la plus avancée que Ducati n’ait jamais mise en production. Chaque vis, chaque composant, est pesé et contrôlé pour assurer le meilleur rapport poids/puissance. Et les détails esthétiques ne font pas exception, car les licences stylistiques habituelles ne peuvent évidemment pas être prises.

« Si la tâche d’un designer industriel est d’améliorer l’esthétique de la technologie, avec 1708 cette tâche est élevée à la nième puissance. Alors que sur les motos moins extrêmes la rigueur technique peut parfois laisser la place au côté esthétique, sur cette moto cela n’est pas possible. En aucun cas. Dans le projet 1708, les 5 grammes en plus pour l’adhésif ou les 200 grammes pour la couche de peinture spéciale ne sont pas prévus. Aucun détail, même esthétique, ne peut altérer la performance. On a affaire à une moto de course à part entière.

Et en ce sens, c’est un projet très stimulant sur lequel travailler, car le concepteur doit intervenir très discrètement et de manière résolue, en prenant soin de chaque détail pour obtenir une moto à l’âme incontestablement Ducati. »

 

 

La tradition veut que Ducati orne ses modèles les plus exclusifs avec une livrée inspirée du MotoGP de l’année où le modèle est lancé. Et la 1708 ne fait pas exception. Le carbone visible alterne avec des lignes blanches et rouges solides qui visent à mettre en valeur le matériau noble du carénage.

« Le choix de ne pas peindre les ailerons est fortement voulu, et l’inclinaison des graphismes est étudiée pour les intégrer dans la ligne de la moto, en alliant la dimension physique à la dimension visuelle. Cet effet est particulièrement évident lorsqu’on a la possibilité de tourner autour de la moto, dont les proportions changent et s’enrichissent de points de fuite intéressants au fur et à mesure qu’on s’approche. »

 

 

L’aérodynamique est l’élément évolutif le plus important de cette Superleggera V4, sur laquelle il importait de doser sa propre intervention en tant que concepteur. Il s’agissait d’un point de départ visuel à partir duquel élaborer tous les détails esthétiques de la moto.

« L’attention maniaque portée aux détails a certainement été le plus grand effort en termes de conception, car cette moto est née pour la course et chaque millimètre visible de celle-ci doit transmettre la puissante vibration esthétique de la moto de course la plus exclusive de la planète. »