Épisode 08 - La Performance

Le frisson de la vitesse

Entretien avec
Alessandro Valia,
Ducati Official Test Rider.

Ducati Superleggera V4 est le nec plus ultra de l’ingénierie moto contemporaine. C’est le rêve qui se réalise. Le résultat de la recherche la plus avancée en matière de dynamique et d’ingénierie des matériaux. Une recherche qui trouve son accomplissement lorsque la moto est amenée sur la piste et testée par le pilote, qui peut ainsi ressentir les émotions les plus intenses.

Nous en avons parlé avec Alessandro Valia, Ducati Official Test Rider.

« C’est une émotion sans pareil. Un émerveillement sans fin. Tout d’abord, le sentiment de fierté de faire partie d’un projet aussi important. Et puis le dévouement et la rigueur qui accompagnent la tentative de transformer l’excellence technico-mécanique en performances jamais vues auparavant sur une moto de série. »

La collaboration des concepteurs Ducati avec Alessandro Valia, pilote et testeur officiel Ducati, débouche sur des sensations extraordinaires. Le travail sur la dynamique et la re-conception des composants permet d’obtenir un cadre qui se distingue par un équilibré sans précédent. La très grande complexité de l’équipement technologique vise à simplifier la conduite.

« La première approche a été époustouflante. Tout d’abord en termes de freinage : en sortant des stands du Mugello, je suis arrivé au premier virage et je me suis rendu compte que je devais freiner nettement moins. Ensuite, on constate clairement que la moto a tendance à avancer de façon autonome. C’est une caractéristique très rare, qui vous donne une grande tranquillité d’esprit et vous permet d’oublier l’instrument technique, en vous concentrant totalement sur votre style de conduite.

Le travail de mise au point de la partie cycle a donné des résultats extraordinaires. La souplesse dans les changements de direction est incroyable. »

 

 

L’agilité est également accentuée par une stabilité totale. Grâce au travail effectué sur l’aérodynamique, la charge verticale apportée par les ailerons colle la moto au sol, permettant une intervention moins poussée du Traction Control sur la distribution.

« Cette moto a une accélération phénoménale. Mais la caractéristique la plus impressionnante, c’est qu’on se sent parfaitement à l’aise, pleinement en contrôle de la moto. Grâce au pack aérodynamique, on peut ouvrir les gaz à fond, surtout en sortie de virage, sans risquer le cabrage.

L’impact des ailerons aérodynamiques m’a paru particulièrement évident lorsque nous l’avons essayée à Portimao, une piste qui comporte de nombreux changements de pente à pleine vitesse. Notamment dans la montée juste avant la ligne droite, où toutes les motos ont naturellement tendance à cabrer, cette moto ne craque pas, elle reste totalement stable et collée au sol. Une stabilité qui permet de garder les gaz ouverts juste au moment où c’est le plus important. »

 

 


La charge verticale contribue à améliorer le sentiment de sécurité, une sensation qui aide le pilote à réitérer ses performances et à exprimer son maximum selon le concept de « Performance Redefined » qui distingue Ducati.

« Quand on roule sur une GP ou une SBK, on est surpris de constater à quel point il est facile de la conduire. Avec la nouvelle Superleggera V4, je retrouve exactement cette sensation. Nous avons mis au point une moto qui est à la fois extrême et intuitive. Pour ceux qui veulent éprouver la sensation de dépasser les limites à chaque accélération et à chaque freinage.

Ce qui me fascine le plus, c’est le sentiment de sécurité que procure la moto. Malgré le rapport poids/puissance impressionnant, elle reste agile et intuitive. C’est vraiment une moto conçue pour permettre au pilote d’exprimer tout son potentiel. Avec cette moto, en phase d’essai, j’ai roulé au Mugello en 1.52:45. C’est seulement 2 secondes de moins que le temps que Pirro a fait avec la Panigale qui a gagné le CIV SBK. Et la Superleggera V4 est absolument conforme à la conduite sur la route : j’ai même pu klaxonner à quelques mécaniciens des équipes GP présentes au Mugello ce jour-là après avoir enregistré le temps. Imaginez l’expression sur leurs visages. »

 

 

On a organisé plus de quinze sessions de piste consacrées au développement de cette moto. À chaque session, on testait différentes cartographies, pour peaufiner le calibrage de la dynamique et du moteur au point qu’il était pratiquement impossible de l’améliorer.

« Nous avons prêté beaucoup d’attention à la mise au point du système de gestion du moteur. Nous avons travaillé pour trouver le meilleur rapport entre la poignée des gaz et la réponse en puissance délivrée. Nous voulions définir le caractère unique de cette moto. Et nous avons indéniablement réussi.

La piloter, c’est un rêve. Une agilité sans équivalent. Une puissance pleine de caractère. Tout ce qu’on ressent, c’est la pure émotion de la vitesse. »